J'aurais aimé appeler cet article "je suis déçue en bien" mais une bonne copine m' a fait comprendre que c'était son expression suisse à elle et qu'elle ne partageait pas...m'en fous ce ne sont pas les phrases à la con qui manquent en Suisse. Ah ça non! 

 De retour de mon expédition anthropo-alcoolique en pays vaudois, je me dois de consigner par écrit toutes mes observations et leçons de survie tirées de ce périple.

Petit tour d'horizon culturo-différentiel entre eux et nous.

 Leçon n°1:

Ne jamais vraiment suivre les panneaux...

P1030553

En Suisse, les panneaux tiennent à mon avis plus du décoratif que de l'utile. On peut les suivre, ou pas. Ainsi des toilettes indiquées au niveau -1 sur la gauche d'un musée  seront en réalité au -2 sur la droite. D'un autre côté, j'aurais dû m'en douter, c'était logique. Arrivée au -1 à gauche, un autre panneau indiquait -1 au fond à gauche, hors -1 à gauche + -1 encore à gauche =-2 à droite. Le compte est bon mon cher Laurent.

De même qu'à votre arrivée à G'nève (parler local est essentiel, mais nous reviendrons là-dessus plus tard), lorsque vous sortez de l'avion et que vous entrez dans l'aéroport, un panneau indique "France" et un autre "Suisse". Avec des flèches opposées bien sûr. A vous de déduire où sont vos bagages si vous en avez, où prendre votre correspondance, où est la sortie, etc. (Alors oui, logiquement la sortie devrait être du côté Suisse et c'est vrai au début mais après de multiples détours de couloirs, vous repassez devant des panneaux identiques et prenez finalement la direction "France" pour enfin atteindre la gare suisse de l'aéroport). Ce qui m'a quand même rassurée, c'est de voir un flic qui sous les panneaux donnaient la direction au gens. J'en ai donc déduit que bon, hein quand même sont pas très clairs. Ou bien il est possible que nous "Frouzes" ne soyons pas adaptés au mode de communication minimaliste suisse. Faut pas oublier qu'on a des émissions de télé bien de chez nous dans lesquelles le comble du chic et du fonctionnel est d'avoir "cuisine" écrit dans la cuisine avec des onomatopées taguées sur les murs du type "miam" et des draps imprimés "dodo" dans la chambre très originalement étiquetée "chambre" en grosses lettres de bois sur la porte. Ce qui est très pratique si vous êtes au stade final de la sénilité ou bien un poisson rouge.

Demain nous verrons comment vaincre la barrière de la langue.